• Attention femme fragile...



    La fragilité...

    C'est la plume qu'on écrase d'un coup de talon trop fort, d'un poids devenu mort, la plume qui ne s'envole plus, qui ne s'élève plus, la plume qui reste à nue.
    C'est une joue qui se couvre de larmes au moindre drame, une joue vulnérable au moindre mot, au moindre vide, une joue pâleur sans chaleur, une joue noirceur sans couleurs.
    C'est un miroir-tiroir qui ne renvoie que du noir, un miroir-cafard au tain blêmi des matins gris.
    C'est un flocon que le sol engloutit de ses bras terreux, un flocon papilloneux qui se meurt d'éphémères amours et de létales prisons.
    C'est une herbe folle, fauchée de dix pieds, une herbe farandole où des insectes volent.
    C'est une lame si fine qu'elle entaille à peine, le bras qui tremble un peu, la main de porcelaine, le ventre qui gémit.
    C'est un coeur qui pleure trop, à l'abri des regards, à l'abri des curieux, un coeur qui se répand, qui ne sait pas garder, qui ne sait faire qu'aimer.
    C'est des cils aiguisés où perle la rosée, des cils lourds et légers, des cils courbes en dangers.
    C'est une main maladroite qui fouille dans les foules, pour attraper des leurres qu'elle pensait conserver.
    C'est le passé qui fuit, puis qui réapparaît, le présent qui s'enfuit mais l'espoir qui renaît, comme une seconde chance, une nouvelle alliance.
    C'est ce filament friable qui nous relie à la vie, ce fil tissé d'étoiles chétives et blafardes, la corde raide sur laquelle nous dansons, jusqu'à épuisement de nos souffles, jusqu'à dissolution de nos pas.
    C'est la délicate lueur d'une flamme ébréchée, d'une femme écorchée, qui poursuit sans bruit, le glas de ses nuits.
    C'est cet équilibre précaire, encore incertain, que dévoile une fleur, éclose à l'aurore, et qui meurt de peur, de s'endormir encore, jusqu'à sa dernière heure.

    La fragilité c'est écrire en silence, sur le flou des illusions, c'est aimer en silence, sur le fil des émotions...


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 11 Juin 2008 à 14:36
    beau texte
    pour parodier ton titre, je dirais : fragile, donc qui mérite de l'attention…
    2
    Flo
    Mercredi 11 Juin 2008 à 15:33
    Merci Didurban
    oui, on peut également dire ça comme ça : qui demande de l'attention... Contente de te relire ici, bises :)
    3
    Mercredi 11 Juin 2008 à 16:13
    Les fines entailles...
    Sont pour moi l'image de la fragilité... Le sang vital qui perle sur la peau d'un trait rougeâtre qui va noyer la flaque qui ne cesse de s'étendre... Le tremblement peureux de la lame qui glisse sur la pâleur de la chair, dernier soi-même en frontière avec l'univers... " Moi " et " Le reste " ! Toutes les limites tendues et prêtes à se rompre... Et cependant l'élasticité d'un instinct de conservation me ramène à mon respect, à ma flamme intérieure... " Une vie ne vaut rien, mais rien ne vaut une vie "... Pour moi, une délicate et éphémère existence ! Bien à vous, Flo. Armanny
    4
    Flo
    Mercredi 11 Juin 2008 à 16:31
    Armanny, ces fines
    entailles appartiennent au passé aujourd'hui et j'espère qu'elles y resteront à jamais... Merci de toujours venir quelques mots que j'apprécie beaucoup, de si jolis mots qu'ils en font presque oublier la noirceur de leur contenu pour le dévoiler plus beau. Bises
    5
    Mercredi 11 Juin 2008 à 19:32
    femme fragile
    faut les aimer avec précaution alors ?
    6
    So
    Mercredi 11 Juin 2008 à 20:41
    Tu te souviens?
    C'est comme un bloc de glace qui s'empare d'un coeur et le serre un peu trop fort, c'est une douleur humide qui vous prend à la gorge, paralyse vos mots et les transforme en pleurs, c'est une peur qui brutalement vous désarme et fait du moindre jeu un océan de larmes... La fragilité, c'est beau, mais ça fait mal, ... ça me glace...
    7
    Flo
    Mercredi 11 Juin 2008 à 21:54
    Oui, 2006,
    il faut les aimer avec énormément de précautions, énormément d'attentions... Bises
    8
    Flo
    Mercredi 11 Juin 2008 à 21:56
    So, tu aurais
    pu mettre une suite à ces mots-là, une très jolie suite je le sais, je connais ta fragilité également, elle ressemble à la mienne, elle me touche beaucoup, elle est très belle... Je t'embrasse :)
    9
    Jeudi 12 Juin 2008 à 16:10
    Oui mais...
    ...la fragilité c'est aussi être plus vrai ; c'est sortir de sa coquille pour voir le vaste monde. C'est ce que d'autre appellent...une force. Non ? Bises :)
    10
    Flo
    Samedi 14 Juin 2008 à 17:38
    Gat', la fragilité
    peut être une force, oui c'est vrai, la mienne l'est je crois... Bises :)
    11
    MELOMAN34
    Dimanche 15 Juin 2008 à 12:57
    et moi
    j'adore les photos de sophie thouvenin, voilà. bizs du sud
    12
    Mercredi 18 Juin 2008 à 01:50
    La fragilité
    c'est aussi un cœur avec ses raisons, un amour vivant de ses passions, une lueur qui pointe à l'horizon, une faiblesse en force se muant, une réalité arborant ses rêves au firmament. Ton texte et très jolie mais aussi très triste.
    13
    Jeudi 19 Juin 2008 à 05:00
    fragilité ..
    Je connais bien , et je crois que cest cette fragiliter qui fait parallelement notre force , ce peut de force qui dans des moment de détresse nous permet de continuer. Je ne técrie pas souvent mais je tien a te dire que je te lis beaucoup. Jai souvent envie den finir , mais je pense a tout ceux , comme toi , qui réussise a tenir le coup , et , je me dit que je devrais y arriver aussi pour pouvoir un jour aider a mon tour. Je t'adore xx
    14
    Samedi 21 Juin 2008 à 01:06
    Attention...
    La fragilité doit être une force... Le monde environnent est égoiste, mais en soi nous sommes des individus indivibles... Quelle force peut être en nous... L'ivresse de l'écriture, respirer le temps... Un jour on va partir... Le plus dur serra de vieillir, plutôt que de souffrir... Le mal-être jeune est imbécile, bien que ? Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit. Celui-ci voudrait souffrir en face du poêle, et celui-là croit qu'il guérirait à côté de la fenêtre... Selon le réalisme Baudelairien... Souffrir, c'est comprendre... Comprendre, c'est avoir de la compassion.... Avoir de la compassion, c'est aimer... Les hommes apprennent à aimer La personne qui les attire. Alors que les femmes, elles sont de plus en plus attirées vers la personne qu'elles aiment ! Le couple est une thérapie ! Quand l'un des deux guérit, il s'en va... Ah ! Que la pensée est belle quand on lui trouve des images... Aimez les jardins, la pluie, les orages, la vague des saisons... Le voile d'un sourire, le langage des fleurs, les choses muettes... Toujours, derrière les nuages, existera ce même soleil... Debout contre la fenêtre, dehors le ciel se tache de nuages... Enfin la vie s'offre à moi, embryon de l'envol éternel... Se laisser pénétrer, savourer de boissons vivantes, juste le temps de ce léger coup de brise, où les yeux s'éblouissent et que la voix chante ces airs tiédis par une lumière indécise... Bien à vous, Flo. Armanny
    15
    Mardi 24 Juin 2008 à 14:00
    !
    Très beau texte , vous devriez vous inscrire sur Univarts .com vos textes méritennt d'être porté encore plus loin... Lia
    16
    Mercredi 25 Juin 2008 à 08:34
    Bravo !
    Joli texte... Jolis mots...Sensation touchante... N.B/ Venez me lire au: le cercle des petits penseurs ( art et culture )
    17
    Flo
    Dimanche 29 Juin 2008 à 21:16
    Méloman, je les aime
    aussi, elles sont pleines de douceur et de poésie et pourtant toujours aussi "dures" sur leur représentation, leur signification. Bises
    18
    Flo
    Dimanche 29 Juin 2008 à 21:18
    Netmaan, je ne sais
    pas trop pourquoi c'est dans la tristesse, la peur ou la fragilité qu'on écrit les plus jolies phrases... C'est également valable pour moi aussi sans doute... Merci de tes quelques vers pour moi en tout cas. Bises
    19
    Flo
    Dimanche 29 Juin 2008 à 21:20
    Colombe, je te remercie
    baucoup, ça me touchera toujours que des personnes viennent lire, continuent à lire, même en silence ou en pudeur... La force, elle est quelques fois très loin, très profond en soi, il faut la chercher longtemps, des années durant, puis elle se réveille et nous révèle... A bientôt, bises et courage
    20
    Flo
    Dimanche 29 Juin 2008 à 21:22
    Armanny, que dire
    après vos mots? Rien sans doute... Simplement laisser opérer leur charme... Merci à vous, bises
    21
    Flo
    Dimanche 29 Juin 2008 à 21:25
    Lia, merci mais
    pour le moment je ne souhaite pas porter ce que j'écris plus loin qu'ici, juste un lieu pour une thérapie toute personnelle que je me suis créee moi-même...
    22
    Flo
    Dimanche 29 Juin 2008 à 21:26
    Amar26366, merci
    je viendrai dès que le temps me le permettra, c'est noté...
    23
    Mercredi 20 Août 2008 à 14:22
    Bravo !
    ...pour ces écrits plein de sensibilité !
    24
    Flo
    Vendredi 22 Août 2008 à 13:48
    Merci Softy
    pour ton passage et ton petit mot, à bientôt peut-être?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :