• Chapître 8 : Travesti pour la vie


    Jennyfer a épousé Réginald. C'était un rêve où la mariée était en noir et le mari, en blanc. Un rêve où le rêve côtoie la réalité. Et où la réalité n'est plus qu'irréalité. Un rêve qui ne ressemble à aucun autre, avec des personnages brûlants de vulgarité et de vices, avec des mégots flottant dans les coupes, encore pleines du nectar blond et pétillant qui enfièvre les âmes. Des coupes bordées de rouge à lèvre et attiédies par ces lèvres pulpeuses.

    Un rêve où le marié avait un homme à ses côtés. Jennyfer avançait, silencieuse, au bras d'un homme en habits noirs, probablement son père, qui la menait vers la voiture ornée de rubans, de dentelles et de fleurs. Il ne souriait plus, ce père, hâtant sa fille vers l'échafaud. A bien y regarder, on aurait même pu apercevoir la petite larme perler à ses paupières. Puis jaillir de ses yeux noirs et froids. Une fille qui se marie, quelle histoire ! Une fille qui se marie avec un homme, quel espoir ! Une fille qui n'est en réalité qu'un travesti, quel désespoir !

    En compagnie de Réginald, personne ne le reconnaissait. Plus il se faisait femme et plus il disparaissait en apparence. Laissant place à l'intrigue, le dégoût premier s'envolait avec Jennyfer. Laissant deviner sa peine et ses larmes, ses yeux s'effondraient avec elle. Aucun bras pour la soutenir, aucune force franche et virile. Tout juste son père et cet amant décharné, fardé et attifé de fanfreluches blanches.

    Le repas était silencieux, tout comme les convives. Aucun rire, aucun murmure. Seul, le bruit des couverts s'entrechoquant était là pour rappeler que l'on assistait bien à un dîner. A un mariage. Sans famille. Avec seulement quelques dizaines d'invités et ce travesti gênant et incommodant parce que trop exubérant. Trop démonstratif dans ses gestes et dans ses allures. Trop complexe pour être compris.

    D'une main gantée, il portait la coupe à ses lèvres. De l'autre, il fumait sans relâche, sans se décourager jamais et sans se soucier de l'endroit ou finissaient les cigarettes inconsumées. Il souriait à droite et à gauche, parlait haut et fort et riait aux éclats des plaisanteries douteuses de ses congénères.

    Représentant de ce peuple lubrique et fidèle, il présidait à la table d'honneur, au côté du marié solitaire et rêveur. Il était fasciné par ses gestes lents, ses mains qui accompagnaient ses paroles, ses yeux qui brillaient à la lueur des chandelles et qui embrassaient l'auditoire masculin d'un seul regard langoureux et plein de malice. Comme il était fier d'être son compagnon ce soir et de faire enfin partie du cercle de ses amis ! Mais, malgré tout, il demeurait songeur et observait avec stupeur le spectacle dégradant auquel il était confronté.

    Le malaise grandissait en lui bien que refoulé au plus profond de son cœur. Et resurgissait parfois sous forme de nausées, l'obligeant à repousser toute nourriture présentée. Étrange mariage où il n'y a ni mariée, ni église, ni enfants, ni robe blanche. Étranges également ces invités tous plus ou moins masculins : ces couples dont les femmes sont des hommes, en réalité. Masqués, sournois, mais bien réels sous leurs toilettes pailletées et leurs faux cils.

    Peu à peu, le dîner est écourté et ne subsistent sur les tables blanches que les restes de cette orgie démoniaque. Les convives se trémoussent et se lèvent presque mécaniquement dans un flot de paroles et de parfums incompréhensibles. Des couples se forment. Des bretelles tombent, entraînant parfois les robes. Les cheveux se dénouent et le triste marié contemple en silence son mariage avec un travesti.

    On y est enfin ! Le mot est bien lancé. Il ne faut plus le retenir. Il ne demande au contraire qu'à être célébré, qu'à continuer de vivre. Travesti pour le meilleur et pour le pire. Travesti pour la vie. Sa femme est un travesti.

    Et lui, dans tout cela ? Homme ou femme ? Qui est-il si ce n'est plus le marié ? C'est le veuf noir. Le veuf joyeux. Enivré de vices et de vertus. Saoulé. Souillé. Perverti. Travesti.

    Jennyfer est là qui sourit à tout le monde, qui se montre et se pavane. Qui fait rouler ses hanches fines et onduler ses boucles rousses. Il est là qui joue avec les hommes, les torture et se moque de leur pudeur, de leur retenue. Il est la reine du disco et de la bière.

    Perdu dans ses rêves, Réginald oublie que la salle se vide, que les couples s'endorment, que les verres sont vides et qu'il n'y a plus rien pour les remplir, de plaisir. Il oublie son mari, ses témoins et son chagrin. Ce soir, il ne dansera pas jusqu'au matin, la tête contre son cœur, les cheveux dans les yeux.


  • Commentaires

    1
    Vendredi 15 Septembre 2006 à 19:04
    hou...
    Il va falloir que je le prenne du début, je vois que c'est le chapitre 8...l'amour des mots, tu écris à flo(lool jeux de mots!!) (sourire) ..zoubi
    2
    Vendredi 15 Septembre 2006 à 19:11
    Oui, tu peux reprendre
    du début sans problème, il reste là... j'aime beaucoup jouer avec les mots, c'est vrai.
    3
    Vendredi 15 Septembre 2006 à 21:09
    je suis la
    un peu tard peut etre... probleme de connection encore :( alors dit moi ... :)
    4
    Vendredi 15 Septembre 2006 à 21:29
    Roserouge, je
    t'ai perdue en chemin :( MSN?
    5
    Vendredi 15 Septembre 2006 à 21:43
    jaime bcp tes illustrations
    c toi ki les fait?
    6
    Vendredi 15 Septembre 2006 à 21:46
    Non, je les
    trouve sur Internet :)
    7
    Vendredi 15 Septembre 2006 à 22:28
    mais...
    ils vont te foutre la paix tous ces anonymes... Flo tu devrais brider tes com aux inscrits...conseils d'amies...j'y vois la un soupçon de vengeance, si je puis me permettre de donner mon avis...biz à toi Flo...
    8
    Samedi 16 Septembre 2006 à 01:11
    Ma Douce,
    ne laisse pas ces pollueurs gâcher ce qui est beau ici! il faut effacer tout çà et n'oublies pas le mien! gardes juste mes bizous tendres juste pour toi
    9
    Samedi 16 Septembre 2006 à 10:05
    Malheureux....
    de lire tant de méchanceté. Je pense que tu devrais empecher les comms anonymes. Maintenant moi tout ce que j'avais à dire je l'ais dit hier, et je ne vois pas quel plaisir je pourrai avoir à venir insulter qui que ce soit sous un pseudo masqué. Je ne voulais pas de cela, surement pas.
    10
    Samedi 16 Septembre 2006 à 10:25
    Au secours, Flo chou,
    je suis en train de me noyer dans la stupidité humaine... Help ! ;à]
    11
    Samedi 16 Septembre 2006 à 10:32
    Ecoeurée par ces minables...
    ...qui ne sont certainement pas capables d' en faire autant! Je t' embrasse, Flo
    12
    Samedi 16 Septembre 2006 à 10:48
    Eh bien Flo
    je vois que tu n'es pas épargnée non plus par les pollueurs anonymes, là ils se sont liguer !!! Encore quelques minables à la recherche d'un terrain de chasse pour cracher leur venin. Pauvres crétins !! Je t'embrasse. (50.000 bisous ça te va pour effacer toute cette méchanceté gratuite ?)
    13
    Josee
    Samedi 16 Septembre 2006 à 11:02
    Flo
    je t'en prie vas dans ton admin clique sur commentaire, et ensuite que les commentaires certifiés! crois moi, ca mettra fin a tout ca c'est la meilleure solution. bisous doux ma belle!!
    14
    Samedi 16 Septembre 2006 à 11:08
    Josée, ma belle
    tu n'es pas identifiée, toi... comment pourras-tu m'écrire après?? Bises
    15
    Samedi 16 Septembre 2006 à 11:08
    Yeux, désolée
    pour hier......... bises
    16
    Samedi 16 Septembre 2006 à 11:09
    Bernard, j'ai
    touché le fond, moi, coulée.....
    17
    Samedi 16 Septembre 2006 à 11:09
    LadyHawk, merci
    tu sais ce qui me va, je crois :) bises
    18
    Samedi 16 Septembre 2006 à 11:10
    Solange, je le
    suis tout autant que toi, voire plus, je t'embrasse aussi :)
    19
    Josee
    Samedi 16 Septembre 2006 à 11:13
    tres simple
    je t'écris à partir de mon blog ma belle comme je le fais parfois!! tous ceux qui t'aiment continueront de venir te lire et te commenter mais en certifié, c'est tout. Bisous doux ma belle.
    20
    Samedi 16 Septembre 2006 à 11:16
    Ho
    en certifiée, j'allais oublié tu écris trés bien princesse j'ai adoré ce texte. Bisous étoilés ma Flo!!
    21
    Samedi 16 Septembre 2006 à 11:18
    Josée.......
    MERCI.......... :))
    22
    Samedi 16 Septembre 2006 à 11:22
    c'est moi............
    Qui suis désolé....totalement désolé..bises
    23
    Samedi 16 Septembre 2006 à 11:32
    Flo, tu coules ?
    Hop, Supertoto-pop (!) plonge pour aller te chercher... Miel ! J'sais pas nager ! Mâââximgar, au secours ! Je vois Flo qui flotte à peine... ;o]
    24
    fun-en-bulles
    Samedi 16 Septembre 2006 à 11:42
    écrire toujours
    rimer les verres vides d'un coeur avide de sourire et de terre de paix chercher le coin obscur pour cacher sa dérive virer au sud sans perdre le nord contre un corps qui résiste qui s'oppose contre le vent morose ...le travesti quel mot injuste pour dire que l'on devient enfin soi, ainsi pour être soi faut-il se déguiser faut-il passer par l'épreuve du masque...?
    25
    fun-en-bulles
    Samedi 16 Septembre 2006 à 11:46
    et voilà...
    je tombe mal ...je tombe sur qqn qui ignore que c'est lui la M;..comme il dit..on doit engager un plombier :il faut mettre la chasse d'eau en marche! je pense à toi, t'inquiète
    26
    Samedi 16 Septembre 2006 à 11:49
    Funambule......
    appelle-moi, je t'en prie :)
    27
    fun-en-bulles
    Samedi 16 Septembre 2006 à 11:52
    hélas
    forfait épuisé.... je ne peux être ici qu'à travers mes mots...
    28
    Samedi 16 Septembre 2006 à 12:20
    Flo laisse béton !
    Il y a ceux qui n'ont rien d'autre que leur vacuité à produire. Nous n'y pourrons rien changer ! Et puis il y a ceux qui t'aime. Va ton chemin, accepte que cela existe et reste dans l'amour. Bizzz JB
    29
    Samedi 16 Septembre 2006 à 13:26
    a impolitis
    très bien dit... rester dans l'amour...et accepter que d'autres ne le sont pas, pour le moment...c'est un manque profond qu'ils se sont infligés...une amputation du coeur, qui les rends victimes de leur propre souffrance intérieure...de leur solitude...de leur échec...Il ne leur reste que leurs yeux pour vomir...je compatis à leurs faiblesses et je me joins à la pensée d'impolitis...biz
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :