• Comme un nomade


    Comme un nomade

    Voyager en solitaire

    Au fil de la promenade

    Le cœur habite un désert

    Comme un exil

    Dresser des fils de fer

    Les barbelés du péril

    Dites-moi à quoi je sers

    Comme un épouvantail

    Livré aux quatre vents

    Avoir le cœur en pagaille

    A la furie des temps

    Comme un amour

    Qu'on dessine autour

    De notre cœur de glace

    Qui vit à pile ou face


  • Commentaires

    1
    Dimanche 28 Janvier 2007 à 19:20
    Bonjour Flo,
    Je crois qu'on a le même baluchon. Tes écrits ont le sens.... d'orientation. Bises déboussolées ;-)
    2
    wanted
    Lundi 29 Janvier 2007 à 08:11
    Toujours
    Mmm toujours aussi beau ce que tu écris Flo. En réponse je dirais juste que si nous avions concience que nous avons dressé des barbelés nous pouvons les couper acertain endrois. Un desert était autrefois un lieu fertile plein de belles plantes et végétation, ne la dessèche pas de larmes amaires qui ne la rande que plus stéril. Pense Flo que si de ton coeur le sable dommine, il y aura toujours une petite plante belle comme le soleil attendant d'étre contemplé par un voyageur aillant trouvé un sentier méconnu ;) Allais bonne journée flo^^
    3
    Lundi 29 Janvier 2007 à 10:27
    B'jour...
    ...heureux de te croiser au milieu du désert (c'est fou les belles rencontres qu'on peut y faire, finalement :) Bises...
    4
    la saxophoniste
    Lundi 29 Janvier 2007 à 11:07
    viens te faire un ....
    petit coucou et un petit bisous tendre (courage)on s'en sortira ...tu verra !!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :