• Décor de poussière


    Au moment où tout bascule, quand plus rien ne nous retient, rejoindre le crépuscule, le vrai, celui des anciens, celui qui chante là, derrière les haies d'épines, celui qui crie au cœur, assassine, celui qui reprend la nature des erreurs de jeunesse, et qui laisse ce venin dans les mots, dans les gestes.

    S'arrêter un instant, souffler puis se jeter, à corps perdu dans ce décor de poussière, souffrir pour de bon, se laisser moisir, recouvrir par l'éphémère des mots en suspension, ne plus avancer à tâtons dans la lumière mais éclairer la nuit d'une seule bougie, incandescence venteuse, flamme qui danse et s'émerveille, chaleur et pâleur de la lueur austère, s'envoûter de ce cierge jusqu'au passage vers l'au-delà.

    Pourquoi faut-il rechercher l'innocence oubliée, pourquoi faut-il se plier aux normes de la perfection, se mouler jusqu'à en oublier nos peines, se couler dans ce masque d'étain, de fonte et de vermeil, les ailes rougies aux contours flasques, le cœur meurtri par tant de larmes, l'âme en peine au coin de la Seine, le regard désabusé par tant de déception.


  • Commentaires

    1
    Mardi 16 Janvier 2007 à 15:00
    Bises là...
    ...aussi :)
    2
    Mardi 16 Janvier 2007 à 18:21
    Euh?
    kantès kon baise?
    3
    Mardi 16 Janvier 2007 à 18:43
    ils sont
    d'une force et d'une beauté tous ces nouveaux textes Flo...franchement j'en suis ébahie...j'espère que tout va pour le mieux pour toi...très sincèrement...bise envolée
    4
    la saxophoniste
    Mardi 16 Janvier 2007 à 19:00
    bises Flo...
    et c'est quand tu veux (tu sais où !) je t'attendrai...SAXO
    5
    Mardi 16 Janvier 2007 à 19:42
    s'arrêter un instant...souffler !!
    c'est ce que je souhaite le plus en ce moment....respirer à mon aise et pouvoir me décontracter.J'en ai tellement besoin !Si tu savais !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :