• Effervescences de l'âme



    Pas de répit
    Pas de sursis
    L'écorchure fait des charpies
    La morsure dévoile le gris
    Et moi je fais des ratures
    Et des éclaboussures
    Sur ma peau de sciure
    Ma peau déçue
    Ma poésie hésite
    Ma prose éclose
    Je rame et je trame
    Quelle que soit la chose
    Quel que soit le drame
    Je rame en silence
    Dans mon vague à l'âme
    Qui n'est pas du slam
    Qui n'a pas de sens
    Mais qui apaise mon âme
    En effervescence


  • Commentaires

    1
    Mardi 26 Août 2008 à 11:59
    toujours
    aussi touchant tes mots chère Flo. Je t'embrasse tendrement
    2
    So
    Mardi 26 Août 2008 à 14:02
    Je viens toujours
    ici sur ton blog, timidement et sur la pointe des pieds. J'ose pas toujours laisser de mots, mais je sais qu'il me permet de voir le fond de ton âme, et d'entrer en toi... Je me sens petite alors... je t'aime
    3
    Mardi 26 Août 2008 à 14:26
    Texte
    tout en légèreté, expressif, beau
    4
    Flo
    Mardi 26 Août 2008 à 14:47
    Merci MTA
    je suis ravie de ton retour ici et je t'embrasse tout autant...
    5
    Flo
    Mardi 26 Août 2008 à 14:50
    Oui, So, le fond
    de mon âme est sur mon blog, il est à mon image : fragile, et c'est pourquoi je ne peux m'en passer... Tu es loin d'être petite puisque tu as su être la hauteur pour percer mes mystères et me faire découvrir cet amour si précieux et fragile qui est le nôtre...
    6
    Flo
    Mardi 26 Août 2008 à 14:50
    Merci, Flâneur...
    toujours appréciable d'avoir des compliments sur ce que l'on peut écrire...
    7
    Mardi 26 Août 2008 à 19:34
    L'effervescence...
    Ce sentiment explosif, ce cri aphone aux mots sans voix. Se mettre en rotation, la spirale des battements frappés par le mécanisme interne du temps en fuite. Une machine infernale au ruminement permanent qui réclame douleur et effroi... Ah ! La libération de toutes ces tensions... Pour Arthur Rimbaud : " Plus douce qu'aux enfants la chair des pommes sures... L'eau verte pénétra ma coque de sapin... Et des taches de vins bleus et des vomissures... Me lava, dispersant gouvernail et grappin... Et dès lors, je me suis baigné dans le Poème. "... Pour moi : " Vomir le temps de la révolte larvée, de tout son saoul débordant, pour vivre l'éternité, cette joie de l'instant, où la peau s'offre au soleil, Dieu de feu. "... Bien à vous, Flo. Armanny
    8
    Flo
    Jeudi 28 Août 2008 à 16:42
    Armanny, Rimbaud
    vous va bien, vous lui "ressemblez" tant... Bises
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :