• Je me fais trop de mal


    Oui je me fais du mal, volontairement. Je coupe, je brûle, je griffe et je recoupe sur les mêmes plaies. Mais quel soulagement quand la lame pénètre ma chair! Quel apaisement! Enfin libérée du poids de la honte et de la culpabilité. Il ne me reste plus que cela. Exprimer les mots par les maux. Apporter la paix par la violence. Chanter la victoire du mal. Me punir de n'avoir su résister aux fantômes du passé. Souffrir pour avoir permis leur envol. Et puis renaître.

    Je dois me couper. Je dois me punir. Je dois avoir mal... encore un peu plus profond à chaque fois. Je me sens si bien... maintenant. Libérée. Mes fantômes se sont envolés. Oh! Pas très loin. Leurs chaînes les retiennent. Liés les uns aux autres. Liés à moi. Enchevêtrés jusqu'à la mort. Et tu redeviendras poussière... J'ai mal mais je vis.

    Je t'ai donnée toute ma confiance, N. Mais ce silence... maintenant... Il est insupportable. Entends-moi. Ecoute-moi. Vois ces cicatrices. Elles sont aussi pour toi. Pour que tu viennes me chercher, me secourir, me délivrer de ce morbide poison. Empêcher la lame de couper trop profondément. Inexorablement.


  • Commentaires

    1
    Mardi 30 Mai 2006 à 13:04
    Que la douleur peut etre...
    Que la douleur peux être douce pour ce sentire vivre et ce pardonné... Douce douleur qui nous emporte telle une drogue puissante... Pourquoi es-tu désolé ? je trouve tes textes "bizzar" mais ci profonds. LA faute m'es du puisque je n'ai pas sure utilisé les bons mots pour te dire a quel point je me suis délécter à lire tes textes. Le talent a savoire écrire avec les bon mots les réalités de la vie est assez rare même ci beaucoup de texte naisssent chaque jour... JE n'ai que des encouragement à te donner et un espoire que t as vie reprennent de la couleur. Pas que l'obscurité ne te vole la chose la plus précieuse en ses temps de perturbation, t' as concience. Peut être a une prochaine... (courage)
    2
    Mardi 30 Mai 2006 à 17:26
    te punir
    il me semble pourtant que ce n'est pas toi que l'on devrait punir, ni que tu devrais punir. On devrait t'aimer, et tenter de te faire oublier tout ça !!! Eux ils devraient souffrir... pas toi !
    3
    Mardi 30 Mai 2006 à 18:56
    Je suis d'accord
    Avec innocente et Wanted58, ce n'est pas a toi de payer mais a eux, c''est vrai que cette drogue est si plaisante, mais ce n'est pas une solution... même si je ne suis pas un exemple a ce sujet. Bisoux
    4
    Mardi 30 Mai 2006 à 19:45
    En effet
    Tu n'es pas un exemple à ce sujet, mais je t'aime quand même, va :) C'est ça "la pathétique ressemblance". Bien sur que je suis aussi d'accord avec toi, Inno et W. malheureusement en période de "crise", rien d'autre ne compte que ce besoin de douleur. Et j'aimerais tellement savoir comment mettre fin à cela?... Une pensée pour vous 3. Biz :(
    5
    Mardi 30 Mai 2006 à 20:48
    arreter...
    Comment rayer des besoin chimique? Comme pour la clope (comparaison débil je sais^^) cela ce passe dans la tête (sécrétion crée par la mutilation, la clope et toutes autre drogue pas trop de détails)... Pour arreter il faut vraiment le vouloir... C'est dure mais pas impossible... La volonté, voila ce qu'il faut, la volonter de changer. Douce torture te lachera enfin pour laisser place a un pas de gagner pour le bien être...
    6
    Mardi 30 Mai 2006 à 22:11
    J'aimerais
    tellement que tu aies raison. Mais avec la plus grande volonté que je puisse avoir, à la moindre contrariété, au moindre choc émotionnel, je ne peux m'enpêcher de saisir la lame. C'est comme si je devenais quelqu'un d'autre, aliénée... C'est comme si je ne pouvais pas exprimer mes émotions autrement que par ces mutilations :'(
    7
    Mardi 30 Mai 2006 à 22:47
    Une autre...
    Une autre personne prenant controle de son corp. On ne le/la connait que trop bien, c'est nous au plus profonds, on a beau hurler intérieurement il agit, les pensé s'accélère les doutes disparaissent, se laisse allé en dérive, notre sang coulle... Regret, pleintes, haine, pleures surviennent alors. Mais il est trop tard. On se sent étrange, on ne sait que faire. On essuye, on lave, on nettoit. Un dernère regard dans le mirroir l'air sure avec la promesse ou la conviction que c'était la dernière fois. On repart le coeur lourd... Et on recommance. Mais commment arreter? Question évidente, mais tellement innaplicable. Une aide est de rigueur. Les émmotions pris par le sang, un passé et surement mon future, la musique un secour même ci je pense que comme tout vaccin il n'est pas efficaces à vie... de l'aide... mais ou en trouvé? cela je ne peut répondre... (courage)
    8
    Mardi 30 Mai 2006 à 22:51
    Bienvenue
    Un connaisseur, je vois... Aussi "addict" que moi? C'est impressionnant... Merci de ton soutien en tout cas. Biz ;)
    9
    Mercredi 31 Mai 2006 à 11:34
    Nous...
    Nous somme nombreux accros a la douce pénétration de lames dans notre chair... Mais j'ai la chance d'avoire freiner de beaucoup cette manie que j'avais commancer a prendre en reflexe. Pas totalement cependant, mes linges ne restent jamais blanc. Mais l'éspoire d'un changement, j'ai déjà commancer. Pour moi la musique aide a m'exprimer en dehore d'entailles faisant couller mes forces. Une fois peur être, tout cela prendra fin...POur toi comme pour moi.. JE l'espère en tout cas ;)... Courage...
    10
    Vendredi 18 Janvier 2008 à 22:45
    JE ME FAIS TROP DE MAL
    Un texte trés touchant,mais j'espere que tout rentre dans l'ordre avec un peu de courage et avoir confiance en soi et avoir espoir qui fait revivre,on se fait tous de mal a nous meme de temps en temps pour bien marquer cette dure expérience que nous menons dans cette vie qui n'est pas facile parfois,bon courage et soyons optimisme
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :