• Les maux



    Ce n'est pas facile d'écrire que pour soi. Ce ne sont que des mots qui restent sur le papier, prisonniers, qui ne profitent à personne et dont personne ne profite. Ils deviennent alors inutiles. Sentiment étrange car ce sont précisément ces mots-là les plus difficiles à dire, à avouer, car dangereux et dérangeants.

    Le 1er mot sur ma liste, le plus terrible, le plus honteux et déshonorant de tous : le mot VIOL : celui que je n'ai jamais pu prononcer une seule fois. Celui qui me brûle les lèvres et que l'on devine derrière mon regard. Par pitié, délivrez-moi de ce mot et de tout ce qu'il représente pour moi. Aidez-moi à le prononcer ne serait-ce qu'une seule fois, à le hurler pour l'expulser enfin de mon corps et de mon coeur. Quel soulagement ce serait de me l'avouer. Alors, peut-être, les autres mots seront-ils plus limpides.

    Méli-mélo : FELLATION, SODOMIE, VAGIN, SUCER, AVALER, VOMIR, TOUCHER, MAIN, OBJET, JOUET, PENETRATION, EMBRASSER, CARESSER, JOUIR, EJACULER, RECOMMENCER... Tout ceci est demandé si gentiment que je ne peux refuser. Trop soumise, je ne fais qu'obéir aux ordres que l'on me donne. Je ne parviens plus à décider par moi-même. Si je refuse, en voilà d'autres :

    BATTRE, CRIER, GIFLER, GRIFFER, ATTACHER, ENFERMER, AFFAMER, SALIR, PUNIR, COGNER, toujours et encore... Des bleus qui sont autant de cicatrices : sternum fracturé, disques et vertèbres écrasés. C'est lourd le corps d'un homme qui se jette sur une petite fille de 6 ans!

    Je continue avec : ACTES DE BARBARIE, SEQUESTRATION, MENACES, TORTURES, PEDOPHILIE, INCESTE, PERVERSITE. Rien que des mots corrects. Aucune vulgarité, aucune grossièreté, aucune incongruité. Des mots tellement chargés de souffrances, d'émotions et de souvenirs. Puis-je d'ailleurs nommer "souvenirs" toutes ces images qui me hantent et défilent sans cesse dans ma pauvre tête? ce ne sont que des cauchemars, des fantômes du passé qui vont et viennent au gré de mes pulsions de vie ou de mort. Des salauds, des pervers qui ont tout pris en moi : l'affection, les repères, la foi, l'amour, l'estime, le sommeil, la confiance et la vie. Cette affection que je recherche toujours avec ferveur et assiduité et qui me manque terriblement aujourd'hui.


    Ils voulaient un "jouet", ils l'ont eu mais ils ont tout cassé.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 14 Juin 2006 à 23:23
    je
    n'ai pas encore fini la lecture de ton histoire...je suis déjà en larmes et tente de comprendre, mais il n'y a pas de mots alors je te donne de ma tendresse...
    2
    ecrirecesthurler Profil de ecrirecesthurler
    Mercredi 14 Juin 2006 à 23:35
    Non, il ne faut pas
    que tu pleures. C'est MON histoire. Mais ça me touche beaucoup que tu sois si émue à me lire. Partage des émotions...
    3
    Elodie
    Lundi 7 Août 2006 à 00:33
    ...
    ... ça sort pas (j'sais pas quoi dire ici)
    4
    Lundi 7 Août 2006 à 00:40
    Peut-être tout simplement
    parce qu'il n'y a rien à dire... mais beaucoup à taire... pour ne pas blesser.
    5
    Jeudi 19 Octobre 2006 à 02:45
    horrifiée
    Je sais pas quoi dire... c'est si irréel, barbare, mosntrueux, diabolique que je n'aurais pu survivre si longtemps, je me demande parfois si il est possible de survivre à un viol, alors après ça... Je n'ai pas de mots pour te réconforter car on ne peu prendre plus chez un être humain, je me sens si démunie, si minable pour pouvoir faire quoique ce soit pour te soulager, tu as raison d'en parler, on ne doit plus taire les actes d'extrêmes barbaries. Comment ces monstres peuvent-ils vivrent? ça parait impensable, abjecte, je me sens si impliquée dans ton histoire je n'y comprends rien, je me sens au pire coupable parceque je n'ai rien pu faire pour toi et que d'autres personnes doivent être victimes, c'est terrible, j'espère vraiment que tu pourras faire condamner ces démons.
    6
    ...............
    Jeudi 19 Octobre 2006 à 02:52
    clamors
    moi aussi je me sens responsable...mais je préère croire à une issu
    7
    Mardi 6 Mars 2007 à 16:42
    je pense a toi
    d abord merci d etre venue sur mon blog, alors je suis venu sur le tiens. j ai lu juqsqu a cet article et je reviendrai. ton récit est vraiment effroyable. je n'ai pas connu cette violence, tout a été caché par la drogue, par des mensonges mais par par la barbarie. J'ai entendu comme tu souffre. Je souffre également, mais j'ai compris maintenant qu'on peut souffrir plus que moi. J'aimerais tellement te prendre dans mes bras et te serrer très fort. J'ai lu que tu vas mourir dans cinq ans. Moi j ai toujours penser comme ma grand mère que quand on meurt, on ne souffre plus et on se repose. la sagesse populaire croit au paradis et tu y as certainement ta place. tu ne souffrira plus, tu seras pure tel un ange. et je te le dis parce que je le crois. tu rejoindra l esprit de repos de l univers. Quand à tes bourreaux ils se débrouilleront avec leurs merdes mais cela ne te concernera plus. je ne sais pas quoi te dire tant ta souffrance est grande. à toi le bonheur éternel. à toi l'enfance et l'innocence, à toi tout l'amour de l'univers et meme plus loin. je t'ai lu, je vais essayer de penser un peu moins a moi, je me recroqueville en réfléchissant mais cela ne sert à rien et j'en deviens égoiste. ton témoignage est un appel à penser plus aux autres qu a soi meme. je t embrasse de tout mon coeur.
    8
    Ligeia
    Jeudi 4 Octobre 2007 à 00:27
    Je sais...
    Je sais et je ne sais pas à la fois comment tu as pu ne serait-ce qu'écrire sur tout ça... ça demande un réel courage... et moi je me cache alors que je n'ai pas la moitié de ton vécu. Très peu de gens ont compris les termes de rédemption et de fange dans le dernier poème que j'ai écris sur la naissance de ma fille... mais c'est cela : je n'aurais jamais cru qu'avoir des enfants serait à ce point un cadeau. Je suis tellement désolée que tu sois "cassée" à ce point-là... et j'aimerais tellement t'aider... mais je ne sais pas comment... à part mes mots, mes vers parfois, et te dire que ce mot de quatre lettres, je le connais aussi... depuis plus de quinze ans et c'est toujours dans ma tête. Je t'offre ma présence et ma tendresse Flo, même si ça n'efface rien. Affectueusement, Ligeia
    9
    Flo
    Jeudi 4 Octobre 2007 à 18:05
    Merci Ligeia
    Moi non plus je ne sais même pas comment j'ai pu écrire tout ces mots, je viens de les relire et je les trouve très choquants, voire pire que cela, monstrueux. e mot de 4 lettres ne s'efface jamais, il est tatoué en nous quoi qu'on fasse je crois. Merci de ta patience et de tes mots sincères, amicales pensées également, bises
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :