• Ma maison



    Elle était jolie cette maison que j'habitais depuis tant d'années... Son toit brun, ses deux grandes fenêtres au travers desquelles on pouvait voir tout ce qui se passait à l'extérieur... Mais... je ne m'y sentais pas bien.
    Bien sûr, dans mon enfance, je ne voyais pas bien l'intérieur, je ne me préoccupais pas de l'enjoliver, ni d'apprécier ses beautés. Pendant longtemps, j'y étais presque insensible, j'y vivais par habitude...
    Lorsque quelqu'un me faisait remarquer qu'une décoration était plus ou moins jolie, je n'y portais pas attention... Ou plutôt, je ne voulais pas y porter attention, je la cachais ou bien je ne la regardais plus... Je vivais dans ma maison comme une automate. Lorsque quelqu'un me complimentait sur une pièce particulièrement agréable, je rougissais, disant que ce n'était rien, juste une illusion...

    Puis un jour, cette maison qui m'était auparavant si familière me devint tout à coup, je ne sais pour quelle raison, inhabitable... Je la détestais, je la fuyais, je ne lui trouvais plus rien de beau. Elle me faisait mal et je lui faisais mal. Je la sentais presque hantée, comme habitée d'une maladie que je croyais incurable. Et j'avais beau fuir, cette maison me suivait... J'aurais voulu la démolir. Je la voyais si laide que je pensais qu'elle n'avait plus le droit d'exister...
    Longtemps, j'ai fait mal à ma maison, jusqu'au jour où, sur mon chemin, j'ai croisé des décorateurs, des spécialistes en intérieur...

    Je les ai laissé entrer dans ma maison que je trouvais si laide, et qu'ils ont trouvée belle... Ils m'ont fait ressortir les plus belles décorations que j'avais cachées au plus profond de mon sous-sol. En plus de les avoir oubliées, lorsque je les ai ressorties, j'ai eu peine à croire que ces petites choses qui rendent la vie si belle m'avaient déjà appartenu...
    Puis, je me suis mis au travail et avec l'aide de ces décorateurs hors-pairs, j'ai fini par trouver de belles choses pour ma maison... Et j'ai enfin pu accepter de les accrocher bien en vue, non pas pour les montrer aux autres dans le but de faire envie, mais bien plus pour les voir et les admirer moi-même. Quelle satisfaction que de redécouvrir la beauté intérieure de ma maison...
    Cette maison n'a pas d'adresse et ne coûte pas un sou à chauffer... J'y habite seule, mais j'y ai beaucoup de visites puisque maintenant, je laisse les portes ouvertes ; j'ai jeté le cadenas qui les a maintenues fermées si longtemps...

    Cette maison n'a pas d'adresse, mais elle a un nom, elle s'appelle : MOI...
    Cette maison que j'ai détestée et à laquelle j'ai fait si mal, c'était moi...
    Je me suis longtemps crue pleine de défauts et dépourvue de toutes qualités. Mais grâce à ces gens qui ont croisé mon chemin, j'ai réappris à m'aimer et à décorer mon intérieur. Je ne fais que commencer à réparer ma maison intérieure... Je souhaite que lorsque j'aurai enfin terminé et qu'à nouveau, je me sentirai parfaitement bien dans ma maison, je deviendrai moi-même décorateur afin d'aller aider d'autres personnes qui n'aiment pas leur maison. Je ne fais que commencer, la route sera longue, mais bien entourée, elle me semblera plus facile !!

    (Auteur inconnu)


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Vendredi 22 Février 2008 à 23:36
    Le complot...
    J'ai vécu quelques années dans une maison qui me faisait vomir, me hantait. Jusqu'au jour, quelqu'un me fit la remarque a propos de mes tableaux fixés aux murs ! Ce fut un déclic: - Le souvenir morbide était resté présent ! Sur son conseil, j'ai tout enlevé, retapissé ! Et depuis, je suis chez " Moi " ! Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides... Va te purifier dans l’air supérieur... Et bois, comme une pure et divine liqueur... Le feu clair qui remplit les espaces limpides. Derrière les ennuis et les vastes chagrins... Qui chargent de leur poids l’existence brumeuse... Heureux celui qui peut d’une aile vigoureuse... S’élancer vers les champs lumineux et sereins... Celui dont les pensers, comme des alouettes... Vers les cieux le matin prennent un libre essor... - Qui plane sur la vie, et comprend sans effort... Le langage des fleurs et des choses muettes. C'est Charles Baudelaire qui m'a donné la lumière ! Finalement, " L'universalité poétique " a ranimé ma flamme ! " Existentielle ". Bien à vous, Flo. Armanny
    2
    Samedi 23 Février 2008 à 00:30
    la vérité....
    tes écrits sont insuportables ! Cette vérité ne doit pas être confiné dans un mouchoir plein de morves...je ne peux supporter cette vérité...il faut qu'elle sorte au grand jour !
    3
    Lye
    Samedi 23 Février 2008 à 11:44
    c'est
    comme dans les rêves, chaque pièce de la maison reprèsente une partie intime de nous mêmes que nous visitons la nuit...bise :)
    4
    Flo
    Samedi 23 Février 2008 à 13:14
    Baudelaire, et la poésie
    en général, savent bien rallumer les flammes, tout comme écrire entretient le feu qui sommeille en nous, et finalement la vie... Bises Armanny
    5
    Flo
    Samedi 23 Février 2008 à 13:15
    Etienne, ce texte
    n'est pas de moi pour une fois... Quelle vérité? Et comment la faire sortir? Je suis preneuse de toute idée... Merci et bises
    6
    Flo
    Samedi 23 Février 2008 à 13:16
    Et toute cette maison
    n'est que notre corps décharné à qui nous voulons redonner vie pour continuer de rêver en paix... Bises Lye
    7
    Samedi 23 Février 2008 à 22:28
    Bonsoir Flo..
    je pensais que tu aurais pu te libérer afin de venir ici chez "Nous" !! mais je comprends bien que cela n'est pas très facile pour toi. Sinon à défaut de ta maison, je veux bien te prêter l'appart; Bisous ma chère amie
    8
    Mercredi 27 Février 2008 à 11:36
    Moi...
    Même si je n'ai jamais eu la chance d'y entrer vraiment, je l'ai toujours trouvé très belle, ta maison... :-) Je t'embrasse.
    9
    Mercredi 27 Février 2008 à 23:14
    heu.......
    "Un être qui s'habitue à tout, voilà, la meilleur définition qu'on puisse donner ...."...je passe...bisous.
    10
    Samedi 1er Mars 2008 à 00:51
    Un très beau texte, Flo...
    Juste un bonsoir ici. Je ne t' oublie pas - So
    11
    Samedi 1er Mars 2008 à 19:01
    C'est
    C'est effectivement un très beau texte. C'est vrai que notre maison est très importante, et souvent dans nos maux, nous oublions de faire le ménage^^ Pour ma par personnel, j'ai trouvé comment faire que ma maison devienne un peux plus paisible: "j'ai ouvert les rideau et les fenêtre^^". C'est fou quand même, comme un coin qui nous a retenu si longtemps dans un coin sombre puisse paraître si beau, si pure, et porteur d'autant d'espoir^^ Je pense que parfois un coup de ménage dans cette crase est indispensable^^ La vie "salie", elle "salit" nos meubles, nos mûres (comme la clope :P). J'espère Flo que tu as mis ce si beau texte dans le sens que toi aussi tu as su trouvé d'anciennes choses qui embellissent ton toi intérieur.^^ Et même si tout va bien, je te souffle comme toujours une bise de courage. ^^
    12
    Flo
    Lundi 3 Mars 2008 à 15:07
    Saxo, je serais ravie
    de visiter enfin ton appart, bises
    13
    Flo
    Lundi 3 Mars 2008 à 15:08
    Merci Louve,...
    peut-être qu'un jour... Je t'embrasse
    14
    Flo
    Lundi 3 Mars 2008 à 15:09
    Etienne, les habitudes
    sont lassantes quoique "confortables"... Bises
    15
    Flo
    Lundi 3 Mars 2008 à 15:10
    So, merci à toi,
    moi non plus rassure-toi, j'espère que tout se passe bien pour toi à Essaouira... Je t'embrasse
    16
    Flo
    Lundi 3 Mars 2008 à 15:11
    Wanted, la vie salit...
    c'est bien ce que je voulais faire passer comme message au-delà de ce texte... Bises et merci
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :