• Para-pleurs



    La pluie n'arrête pas de lécher les vitres. Les gouttes disloquées se heurtent et s'entrechoquent. Le cliquetis de leurs traînées en devient lancinant. Zigzag en flou écrasés par le vent. Serpentins d'eau, de poussière et d'argent.

    Il pleut et des litres barbouillent les vitres. Il pleure et les heures s'étiolent en douleurs. Triste temps. Tristement. Le martèlement captive l'attention quelques secondes. Puis la libère et la troue. La relâche.

    Clapotis doucereux qui caresse le verre froid. lentement, une à une, brisées dans leur élan, leurs rondeurs épurées deviennent miroirs difformes, où se mirent les reflets de mille choses, où scintillent les rêves trop grandioses.


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 11 Février 2008 à 17:58
    Les rêves trop grandioses...
    Lécher les vitres... Ah ! Que la pensée est belle... Quand on lui trouve des images... Aimez les jardins, la pluie… Les orages, la vague des saisons... Le voile d'un sourire... Le langage des fleurs... Les choses muettes... Toujours, derrière les nuages... Existera ce même soleil... Eh ! Oui, " Bigski Nounoursonski " aime se rouler sous la pluie ! Cette manne céleste d'une nourriture terrestre. Le barbouillage des vitres est rédempteur comme l'effacement de la culpabilité d'autrui… " Zigzag en flou " ! Bien à vous, Flo. Armanny
    2
    Flo
    Mercredi 13 Février 2008 à 09:12
    Armanny, la pluie
    est douce et belle, comme la mélancolie, elle "lave" et c'est ça le plus important... Bises
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :