• Un viol



    En grandissant je n'ai plus eu de règles du tout mais souvent d'importantes hémorragies qui me font très peur, qui m'obligent, des nuits entières, à rester éveillée dans mon lit, allongée sur plusieurs épaisseurs de serviettes éponges, avec 2 tampax l'un sur l'autre, avec la lumière allumée pour chasser les démons du passé, avec la honte d'être si sale et souillée, et surtout une honte bien plus grande, celle de ne plus être une petite fille comme les autres, celle de devenir une femme qui a perdu sa virginité, non pas par amour, mais dans les coups et la violence, sous une sordide couverture bleue marine. Quelle sorte de femme peut-on devenir après ça? Quelle sorte de mère?

    C'est un VIOL qu'ils m'on fait subir. Un VIOL avec violences. Un VIOL à répétition. Un VIOL tout court. Ca fait du bien d'employer ce mot que j'ai tu pendant plus de 27 ans. Ca fait du bien de l'écrire 4 fois de suite. Le savent-ils au moins? Moi, en tout cas, je ne me reconnais plus. Ce n'est plus moi qui peux écrire ceci. C'est la colère et la honte qui me dictent tout. C'est le révolver que j'ai posé sur ma tempe ou la lame sur mes veines. Mais à revoir le sang couler ce n'était pas une bonne idée, un bon refuge. C'est maintenant que je le comprends. C'est un peu tard mais je n'ai pu faire mieux.

    C'était très dur d'être seule avec ce poids, de penser que personne ne serait là pour me protéger ou les empêcher de recommencer, que personne ne croirait cette ignominie ou ne voudrait la partager avec moi. C'est terrible de vivre ça au quotidien, de le revivre sans cesse à cause de paroles, de gestes ou de personnes qui font ressurgir les souvenirs et les images d'un seul coup. C'est terrible de ne pouvoir oublier, tirer un trait et repartir comme si j'avais encore 6 ans, comme si j'étais encore intacte, pure et insouciante. Comme si ma vie était devant moi, et non derrière, comme si je ne les avais jamais placés sur mon jeu d'échec.

    Un jeu à la con où le roi et la reine sont remplacés par des pédophiles, et où le fou (moi?) parcourt toutes les cases à la recherche d'une aide et d'une délivrance.


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    esa-isa
    Mercredi 30 Mai 2007 à 09:41
    je continue à te comprendre
    J'ai découvert ton blog hier et je continuerai à le lire de tps en tps. Moi, la mémoire m'est revenue de nombreuses années + tard. J'avais moins de sept ans aussi au moment des faits. Et lorsque des années plus tard donc, j'ai dû me reconstruire (il m'a fallu des années pour cela), cela m'a réellement fait comme tu dis : je me suis "réveillée" sur l'âge de l'épisode incestueux et j'ai vraiment eu l'impression que j'avais été bloquée/morte dans ma tête à cet âge-là pendant des années et c'est comme un décalage atroce à vivre : je cache constamment mon âge car à l'intérieur de moi, j'ai besoin de rattraper les années perdues (physiquement, je fais toujours vraiment beaucoup plus jeune , heureusement ou malheureusement cela dépend des contextes où je me trouve!!!) Mon amitié, Flo !
    2
    Flo
    Mercredi 30 Mai 2007 à 14:10
    C'est la même chose
    pour moi, envie de retourner se cacher dans la candeur infantile, parmi les personnages de contes de fées, certainement pour "vivre" des années plus tard cette enfance qu'on nous a volée...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :