• Vestiges du vertige



    Vertige de l'esplanade
    Tout devient fade
    Parapluie de l'oubli
    Tout passe en gris
    Tout passant va
    Tout pas s'en va
    Tout passe sans vie
    Sans cri
    Sans lie
    Sans l'épaisse substance
    Sans plus de résistance
    Qu'un cadenas de moitié
    Ouvert pour prolonger
    Le vicieux plaisir
    De pouvoir l'ouvrir


  • Commentaires

    1
    So
    Mercredi 3 Septembre 2008 à 08:42
    Un cadenas...
    Un cadenas c'est là pour protéger, pour défendre... Pour l'ouvrir il faut une clé... Et cette clé est sacrée, elle se mérite, elle se conquiert, amoureusement, patiemment, tendrement... Puis cette clé-là elle se garde précieusement au fond du coeur et s'utilise avec d'infinies précautions et une infinie douceur... Et sa clé ouvre la porte du bonheur... Il faut savoir la garder
    2
    Mercredi 3 Septembre 2008 à 14:24
    L'allée des pas perdus...
    Vaste promenade dans une vertigineuse esplanade des souvenirs noirâtres... Ah ! un plaisir " Vicieux " ? Au sens d'un piège, d'une tromperie ou d'une dépravation malsaine ? Le vice aux deux facettes, celui du " Bien " ou du " Mal ", comme un divertissement plaisant. Bien à vous, Flo. Armanny
    3
    Flo
    Jeudi 4 Septembre 2008 à 11:05
    C'est toi, So
    qui possède la clé et qui est chargée de la garder maintenant... Prends-en bien soin comme je prendrai soin de toi du mieux que je peux...
    4
    Flo
    Jeudi 4 Septembre 2008 à 11:06
    Voilà, Armanny
    le vice du plaisir en parallèle avec celui du déplaisir passé... Bien à vous également
    5
    Dimanche 7 Septembre 2008 à 22:34
    vos textes sont beaux !
    Vos textes sont touchants à lire belle plume et belles images aussi bonne continuation
    6
    Flo
    Mardi 9 Septembre 2008 à 10:26
    Merci Fleurette
    pour votre passage ici et vos petits mots déposés là... ça me fait plaisir...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :